logo 21 22 23 route de la soie

mars 2010

Iran - Route de la soie Junior -

Du changement avec l’Iran

Après la France, l’Italie ne nous avait apporté que très peu de changements. La Grèce nous avait déstabilisé avec toutes ses montagnes, ses chutes de neige surprenantes et son alphabet un peu spécial. La Turquie restera gravée dans nos mémoires comme le pays de l’accueil et de la générosité ! Changement total en entrant dans la République Islamique d’Iran.

L’Iran, un pays pour lequel nous n’avions jamais imaginé poser nos pieds, car dans nos souvenirs d’enfants, l’Iran, c’était plutôt un pays en guerre.

Dés les premiers kilomètres, nous essayons de lire les panneaux pour savoir quelle direction prendre. Cela devient beaucoup plus difficile qu’en Grèce. Cette fois, même les chiffres ne s’écrivent plus pareil et aucune lettre ne ressemble à celles de notre alphabet.



Heureusement, pour nous aider, on trouve souvent les panneaux écrits dans les deux alphabets. La langue officielle est le Perse, alors, nous commençons à apprendre quelques mots grâce à un petit livre de conversation acheté à Tabriz.



Nous nous faisons comprendre mais malheureusement, on nous répond dans une autre langue. En fait, en Iran, les gens parlent différentes langues selon la région dans laquelle ils habitent. Près de la frontière, les habitants parlaient Kurde ( voir l’article sur le Kurdistan).

Dans le magnifique bazar de Tabriz, les marchands parlent le Turc Azeri, ça ressemble un tout petit peu au Turc de Turquie alors on arrive quelquefois à se faire comprendre. Il y a encore beaucoup d’autres dialectes qu’il nous reste à découvrir tout au long de notre traversée vers le Turkménistan.

Une des spécialités du pays, c’est la fabrication de tapis, ils en vendent dans le monde entier. Il y a différentes sortes de tapis qui sont fabriqués à différents endroits du pays.

Les Perses ont toujours été des artistes, les villes sont réellement magnifiques avec des monuments à chaque coin de rue qui montrent  la richesse du pays.

Beaucoup d’habitants vivent encore dans les campagnes, quelquefois, ils habitent de surprenants villages construits à l’intérieur même des rochers comme ici à Kandovan.




D’autres Iraniens vivent encore comme des nomades en changeant de place leurs tentes à la recherche d’herbe fraîche pour leurs troupeaux.