logo 21 22 23 route de la soie

mars 2010

France - Raconte-moi la Route de la Soie -

Le Totti, par Yocoe

Adaptation de « Ming-Lo déplace la montagne » – Arnold Lobel – Ecole des Loisirs ; Jean Ferrat – La Montagne – Refrain/Accordéon ; Dessins de Delphine Giraud

Les montagnes sont toujours belles et majestueuses, mais elles ont parfois un inconvénient, c’est qu’elles nous cachent le soleil. Certains villages, certains hameaux ne voient pas le soleil pendant tout l’hiver. Il en est ainsi du hameau de l’Ubaou. L’Ubaou, 3 maisons au pied d’une montagne, abrupte. Pendant 4 mois de l’année, l’Ubaou ne voit pas le soleil et il est coupé du village situé à environ ¾ d’heures de marche, à cause de la neige qui recouvre les sentiers. Trois maisons, trois habitants.

Illustration du Totti

Le Totti

Parlons d’abord du Totti. Le Totti est un peu simplet ; il habite une petite maison de pierre avec ses chèvres et ses poules. À coté du Totti, il y a la vieille Félicie. Heureusement, qu’il y a la Félicie, elle prend soin du Totti ; elle lui fait des bonnes soupes, elle lui raccommode parfois ses chaussettes. Félicie aime bien le Totti ; elle lui a donné l’accordéon qui appartenait à son mari. Elle aime bien entendre le Totti jouer quelques airs, ça lui rappelle des bons souvenirs. La troisième maison du village, un petit peu à l’écart, c’est Senso Pio qui l’habite. Senso Pio, ça veut dire : sans cheveux. Et oui ! Le pauvre ! Il a perdu ses cheveux lorsqu’il avait 25 ans ! Ils sont tous tombés en une seule nuit…. Déception amoureuse, peut-être ? Mais cette calvitie précoce lui a donné, un air de maturité, de sagesse, si bien que les gens du village, à la belle saison, montent jusqu’à lui, pour lui exposer, leurs problèmes, leurs différents. Senso Pio, n’a pas beaucoup de paroles, mais il a des paroles sensées… enfin, il avait des paroles sensées, parce que depuis quelques temps, il tient de propos bizarres, étranges.


Pour l’heure allons retrouver le Totti et la Félicie. Ca y est ! On peut aller au village ! Les sentiers sont dégagés de la neige qui les encombrait, le soleil est revenu montrer sa jolie figure ! Et au village, c’est jour de marché ! Cette première sortie de l’année est un véritable évènement pour Félicie et le Totti ! ils se sont fait beaux ! Les ¾ d’heure de marche passent comme quelques minutes ! et le village est là ! La Félicie et le Totti sont tous étourdis par les cris, les rires, le mouvement, les visages souriants, les étals du marché ! Figurez-vous, que ce jour-là, sur le marché, une jeune fille tombe folle amoureuse du Totti. La jeune fille, un peu simplette il est vrai, vendait des fromages avec ses parents. Elle a pris conversation avec le Totti, et là, une flamme s’est allumée dans son regard. Le soir même, la Toinette a dit à ses parents : je veux épouser le Totti. Pensez ! Les parents étaient un peu surpris ! Bon finalement, les choses se sont faites et le Totti à la fin de l’été a épousé la Toinette ! Pas question pour le Totti d’habiter le village ! Ils sont allés vivre, à l’Ubaou. La Toinette était prête à suivre son Totti, jusqu’au bout du monde ! L’Ubaou, c’est presque le bout du monde. Il y a eu de nombreux allers-retours entre l’Ubaou et le village pour monter quelques vêtements, quelques denrées, quelques ustensiles de cuisine, quelques objets pour rendre la maison du Totti plus confortable.

Et puis, un jour, la première neige est tombée. L’Ubaou s’est trouvé coupé du village. Un matin, le Totti a amené la Toinette sur une colline non loin de la maison. Il lui a dit : « Ma Toinette, regarde le soleil ; dans quelques heures, il va disparaître derrière la montagne, et nous ne le reverrons que dans quelques mois. » Cela valait bien la peine d’une soirée ! Ils se sont retrouvés avec la Félicie, et même le Senso Pio, devant un bon feu de bois. Le Totti a sorti son accordéon… (bourrée).

Au début, tout était bien, Le Totti et la Toinette roucoulaient comme deux jeunes tourtereaux ; la Félicie, prenait soin d’eux ; Senso Pio, on ne le voyait pas beaucoup…. Toujours le nez dans les nuages ! Et la vie a continué. Mais au fil des jours et des semaines, la Toinette a commencé à s’ennuyer… « Dis, le Totti, c’est long quatre mois ! Le Totti, quand est-ce que le soleil revient ? Dis le Totti, je m’ennuie de mes parents ! » Le Totti, ne répondait rien, il attendait…. Toinette avait perdu sa vivacité, les tourtereaux ne roucoulaient plus. Un jour, la Toinette dit à son Totti : « Dis, le Totti, toi, tu es fort »…. Le Totti, ça lui a plu, d’entendre ça. « Si tu es fort, alors tu peux pousser la montagne…. » Euh…. Là, ça lui a moins plu, ça lui a fait peur ! « Ma Toinette, la montagne est si haute ! si grande !… » « Ecoute, le Totti, va demander conseil à Senso Pio…, il va t’aider à pousser la montagne. » Le Totti, est allé voir Senso Pio….

Senso Pio était assis, sur le banc, devant sa maison, il regardait les nuages passer dans le ciel. « Senso Pio, la Toinette me demande de pousser la montagne, mais moi, je n’sais pas comment faire ! Et la Toinette, elle est triste de ne plus voir le soleil….Tu n’as pas une idée ? » Senso Pio a continué a regardé les nuages qui passaient dans le ciel. Le Totti a attendu. Au bout d’un moment, sans détourner le regard, Senso Pio a dit : « Au sommet de la montagne, habite l’esprit des montagnes. Il aime bien la bonne nourriture. Si tu lui apportes de bonnes choses, disposées sur des plats d’argent, et que tu lui apportes, certainement il t’écoutera. » Le Totti est retourné chez lui ; il a expliqué à la Toinette les conseils donnés par Senso Pio, et c’est avec beaucoup d’entrain que tous les deux se sont mis au travail. Après avoir mitonné, et préparé des plats exquis, ils ont allés chez la Félicie emprunter des plats en argent. Puis, solennellement, les plats en argent sur les bras, ils ont commencé l’ascension de la montagne. …. À mi-chemin, le pied de la Toinette a heurté une pierre, elle est tombée sur le Totti, les mets succulents se sont renversés et on été projetés en tous sens, et les deux tourtereaux ont dévalé la pente roulant comme des pierres… La Toinette s’est relevé, et a dit au Totti : « Retourne voir Senso Pio…. ».

Le Totti est retourné voir Senso Pio. Il était assis sur le banc devant sa maison, il regardait les nuages passer dans le ciel. « Senso Pio, ça n’a pas marché …. N’as-tu pas une autre idée ? » Après un bon moment, Senso Pio, tout en regardant les nuages, a prononcé ces paroles : « L’esprit des montagnes aime la musique. Prends ton accordéon, place-toi devant la montagne, et joue, sans t’arrêter, tout le jour, et toute la nuit…, l’esprit des montagnes aura le cœur réjoui, et au petit matin la montagne aura bougé « . Le Totti est rentré chez lui, il a rapporté à la Toinette les paroles de Senso Pio… Ni une, ni deux, la Toinette a mis l’accordéon dans les bras du Totti, et elle l’a tiré par la manche jusque devant la montagne : « Joue maintenant, le Totti, joue ! » Le Totti aurait-il pu faire autrement ? (bourrée). Et c’est ainsi que le Totti a joué, tout le jour et toute la nuit. Lorsque les ombres de la nuit se sont dissipées, il a bien fallu se rendre à l’évidence : la montagne n’avait pas bougé ! Et le Totti c’est à peine s’il tenait debout ! « .

« Le Totti, retourne voir Senso Pio ! » Titubant sur ses jambes, il est allé voir Senso Pio, toujours sur son banc, les yeux dans les nuages…. « Senso Pio, j’ai joué, tout le jour, et toute la nuit, la montagne n’a pas bougé. » Cette fois-ci, Senso Pio a regardé le Totti. « Ecoute le Totti, il faut que tu apprennes la danse de la montagne qui bouge….Cette danse est très simple, tu mets ton pied droit derrière ton pied gauche et puis ton pied gauche derrière ton pied droit, et tu recommences : le droit derrière le gauche le gauche derrière le droit. Tu prends d’abord, l’objet qui t’est le plus cher, tu te places devant la montagne, tu fermes les yeux et tu commences la danse…. Tu danseras longtemps, quand tu sentiras le soleil sur ta figure, la montagne se sera déplacée. » Les paroles et le regard de Senso Pio, ont redonné au Totti un peu de courage. Il est retourné voir sa Toinette et lui a appris la danse de la montagne qui bouge. La Toinette est allée chercher le grand châle qui appartenait à sa grand-mère, le Totti a pris son accordéon, ils se sont placés devant la montagne ; ils ont fermé les yeux, et ils ont commencé la danse de la montagne qui bouge : le pied droit derrière le pied gauche, le pied gauche derrière le pied droit. Et puis, à un moment donné, ils ont senti le soleil sur leur figure. Ils ont ouvert les yeux. « Regarde, Mon Totti, nous avons réussi ! Nous avons déplacé la montagne ! » La Toinette a pris son châle dans ses deux mains, et ils ont dansé comme des cabris dans la lumière ! (danse)